Breaking News
Home / Actualité / Roubaix: Lyrikal-AK, l’association qui s’arme de mots

Roubaix: Lyrikal-AK, l’association qui s’arme de mots

 

Roubaix: Lyrikal-AKDes jeunes des Trois-Ponts ont créé Lyrikal-AK pour accompagner les nouveaux rappeurs dans leurs démarches artistiques. Trois d’entre eux participeront à la fête de la Musique samedi.

«  La musique, c’est une façon de se libérer, de s’exprimer. Les mots peuvent être des armes. C’est le côté AK de Lyrikal-AK.  » En clair, l’association d’Ousmane Diaite, le président, et Slimane Laref, le trésorier, s’arme de mots. En créant Lyrikal-AK, ces deux grands frères des Trois-Ponts, 26 et 24 ans, voulaient accompagner les jeunes dans leur démarche artistique. Car dans les quartiers, la plupart s’essaient au rap. «  On veut accompagner les artistes, qu’ils ne se découragent pas, explique Ousmane Diaite. On fait en sorte qu’ils puissent enregistrer leur projet, qu’ils puissent ensuite défendre leur produit sur scène.  » Ancien rappeur, le président préfère désormais se concentrer sur les instrumentaux. Mais il a constaté à l’époque les difficultés à se faire entendre, à sortir sa musique de son disque dur. «  J’ai sorti deux CD. J’ai essayé de faire toutes les étapes : l’enregistrement et la promotion de la musique, les concerts…  »

Émulation

Et puis, avec cette association qui rayonne sur d’autres quartiers de Roubaix, même à Tourcoing et Lille, les deux hommes imaginent une grande famille solidaire du rap. Les membres de l’association regrettent d’ailleurs que la scène rap du Nord ne soit pas soudée comme peuvent l’être celles de la banlieue parisienne ou de Marseille. «  On a fait le constat que beaucoup de rappeurs se tiraient dans les pattes. Et nous, on veut que quand t’es adhérent de l’association, t’aies le devoir de partager avec tes collègues.  » Créer une sorte d’émulation entre la dizaine d’artistes que suit Lyrikal-AK. Pas étonnant quelque part puisque «  tous les gens qui sont dans l’association sont des gens qu’on connaît  », rapporte Ousmane. Qu’ils soient connus directement ou par l’intermédiaire d’un pote. Slimane a même fait une étonnante découverte grâce à son président. Son frère, 17 ans, rappe. Et plutôt très bien. «  À la base, je ne savais même pas qu’il rappait !  » Jusqu’au jour où Ousmane lui confie que côté « lyrics » (paroles de chanson), le petit frère assure.<cci:mnef_puce class= »macro » displayname= »MNEF_PUCE » name= »MNEF_PUCE »>

POUR CHATTER C'EST ICI !

Un commentaire

Facebook

Twitter